mercredi 11 mai 2011

Anthropologie du couple ou divagation lutécienne

Prologue

Ouvrir les yeux, c'est remarquer comment des petits gestes du quotidien, des attitudes, des bribes de dialogue sont révélateurs de notre quotidien et surtout de notre manière d'être à l'autre, à notre environement. Digitale a ouvert les yeux à son papillon de la mort : Permanion.
Nos contemporains bien observés ont des attitudes intéressantes et fortement révélatrice d'eux même, au delà des mots ou plutot dans l'indiscible, dans le sous entendus, dans l'attitude dans la manière d'être.
On trouvera donc ici le quotidien disséqué sous de petites pastiches anonymes par moment drôle, par moment moqueur mais surtout le plus fin possible.

Lutèce, la ville de Digitale a l'avantage d'avoir de longues avenues, de nombreux parcs, des espaces dédiés à la promenade, à la marche, et à la flanerie. Des moments de repos où l'on est purement soi même.

Les femmes ou les hommes portent un accesoire qui pouraient parraitre uniquement pratique et permettant de ranger ses effets : Le sac, le sac à main, la besace... La position de celui ci semble déterminant pour mesurer la distance entre deux êtres qui forment un couple. Si une femme porte le sac du côté du conjoint, on se rend compte que celui ci a beaucoup de main a lui donné la main et j'irais plus loin quelque part la femme rejette la présence de son homme.

J'ai remarqué un couple d'amis qui se conaissent depuis un certain temps d'un amour visiblement tendre qui après des années de vie commune sont encore à regler ses détails. Lui porte le sac, elle lui dit comment elle veut qu'il lui tienne la main. Lui semble tout penaud et attentif aux demandes de mon amie.
Dans plusieurs de ses attitudes on voit quelle cherche faussement à s'appuyer sur son avis pour lui laisser sa place d'homme mais elle reprend assez vite le dessus.

Il y a d'autres couple comme ses sportifs que j'ai observé marché qui ont chacun leur personalités, fortement affirmés et qui se tiennent uniquement par un doigt à elle qu'elle met dans sa paume à demi ouverte à lui.

Deux magnifiques mariés à l'allure royale, une femme des contrées d'asie et un de nos contemporain avance dans la rue vers la place de la nation. Le port est altier pour les deux. La mariée est magnifique. Chacun des deux semblent totalement investis par leur rôle. Pourtant en les observant plus longtemps se dégage quelque chose de théâtrale.

Me posant pour prendre des notes, j'observe un couple qui est allongé sur l'herbe, L'homme reste impassible les bras croisés, la femme tente une tentative de communication en le touchant auquel il ne répond pas. Elle finit par faire des mouvements avec ses jambes les frotants l'une à l'autre. Lui est totalement imperméable. Elle finit par s 'en détourner totalement malgré les approches de son conjoint et devient à son tour imperéable.

Une garçonne tout en noir fume sa clope en descendant l escalier, roule des hanches, des fesses. Son homme dans une attitude éfféminé se mordille les levres.

 

Posté par Parmenion à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Anthropologie du couple ou divagation lutécienne

Nouveau commentaire